Bouches-du-Rhône: Les conseillers généraux PS veulent s’allier avec Guérini

POLITIQUE Vingt-deux conseillers généraux socialistes veulent reconduire la majorité actuelle et appellent à une alliance avec Jean-Noël Guérini...  

Mickael Penverne

— 

Le président du Conseil général des Bouches-du-Rhône, Jean-Noël Guérini à Marseille.
Le président du Conseil général des Bouches-du-Rhône, Jean-Noël Guérini à Marseille. — Anne-Christine Poujoulat AFP

Vingt-deux conseillers généraux socialistes appellent à une alliance avec Jean-Noël Guérini pour les élections cantonales de mars 2015. Dans un communiqué, ils indiquent vouloir faire campagne «au titre de la majorité départementale sortante ou à soutenir les candidats qui s’en réclament».

Le scrutin s’annonce compliqué pour le Parti socialiste «qui n’a pas la grande forme en ce moment», comme le souligne Michel Pezet, un des rares conseillers généraux PS à ne pas avoir signé le communiqué.

L’abstention risque d’être élevée et il faudra 12,5 % des voix pour se maintenir au second tour. L’UMP et le FN devraient en profiter.

Pas d'investiture

À la tête d’une collectivité qui a distribué 155 millions d’euros d’aides aux communes en 2014, Guérini apparaît donc comme un allié incontournable pour les conseillers généraux sortants. Mais le président du Département a aussi besoin d’eux pour conserver son fauteuil.

«Il n’y a pas eu de téléguidage, proteste Hervé Chérubini, conseiller général et maire de Saint-Rémy-de-Provence. Personne ne m’a tenu le stylo pour signer ce communiqué». Quoi qu’il en soit, l’initiative ravive les tensions au sein de la fédération.

«Je comprends qu’ils cherchent la double investiture du PS et de Force du 13 (la formation de Guérini), déclare Michel Pezet. Mais ceux qui font ça ne peuvent pas avoir l’investiture du parti. Et s’ils ne s’engagent pas à ne pas voter Guérini à la présidence, il faudra mettre des candidats socialistes en face d’eux».