«La hache de guerre entre l'OM et le PSG est enterrée», pour l'ancien Marseillais Jean-Philippe Durand

FOOTBALL Les échanges verbaux entre les deux clubs se sont calmés depuis quelques années

Loic Becart

— 

Maxwell, lors du match PSG-OM, le 2 mars 2014
Maxwell, lors du match PSG-OM, le 2 mars 2014 — THOMAS SAMSON / AFP

Les conférences de presse des entraîneurs de l'OM et du PSG vont être scrutées avant le match au sommet de dimanche soir, à l'affût d'une déclaration pouvant réveiller la rivalité. Mais depuis quelques années, les langues se sont assagies en marge de ce duel. Dernière sortie notable: celle de Rod Fanni en 2012, qui comparait l'argent et la passion.

«Aujourd'hui, tout le monde fait plus attention, remarque l'ancien milieu de terrain de l'OM Jean-Philippe Durand. Quand on dit quelque chose sans vouloir le dire, ça va tout de suite très vite, jusqu'au déraisonnable. On le voit aujourd'hui avec l'affaire Sagnol.»

Et les sites officiels des deux clubs vont dans le même sens. Tous les deux font monter la pression sans pour autant attiser les tensions. Le site de l'OM fait même l'éloge de la «plus belle pelouse de Ligue 1» du Parc des Princes, où va se dérouler le match.

Marcelo Bielsa «très respectueux de l'adversaire»

«La hache de guerre est enterrée au sein des deux clubs, estime Jean-Philippe Durand. Le plus important, c'est la rivalité sportive: le premier du championnat contre le deuxième. Et c'est tant mieux.»

L'ancien joueur de l'Olympique de Marseille (1991-1997) sait de quoi il parle, lui qui a notamment participé au fameux match de 1992 à Paris, considéré comme une boucherie. «A l'époque, les dirigeants avaient de fortes personnalités, alors forcément... Depuis, les environnements des clubs ont bien changé.»

Marcelo Bielsa, déjà auteur d'une conférence de presse au vitriol contre son propre président Vincent Labrune, serait-il du genre à déterrer cette hache de guerre? «Je ne pense pas, répond l'ancien capitaine olympien. Il semble très respectueux des adversaires et des arbitres.»