20 Minutes : Actualités et infos en direct
SOCIETEMarseille: Les douanes gardent un œil sur les jouets

Marseille: Les douanes gardent un œil sur les jouets

SOCIETE
Pour la journée nationale de destruction des contrefaçons, les douanes de Marseille ont écrasé des produits dangereux. Parmi eux, beaucoup de jouets plus vrais que nature...
Marseille 04 NOVEMBRE 2014 Les douanes détruisent 30 000 articles de contrefaçons
Marseille 04 NOVEMBRE 2014 Les douanes détruisent 30 000 articles de contrefaçons - Amandine Rancoule / 20 Minutes
Amandine Rancoule

Amandine Rancoule

Il y a des balles en plastique de couleurs, des ballons gonflables, des manettes de jeux vidéo, des baskets… Mardi matin, les douanes marseillaises ont écrasé, lacéré et incinéré plus de 30.000 articles de contrefaçons.

Et à l’approche de Noël, les jouets contrefaits sont légion. «Les jouets commencent même à arriver vers la fin de l’été, explique Guy Jean Baptiste, le directeur régional des douanes. Ils doivent obéir à des normes strictes. L’enfant ne doit pas pouvoir avaler des éléments, s’intoxiquer avec du plomb ou de l’arsenic par exemple, ou encore se blesser».

Dans le laboratoire marseillais des douanes, les jouets sont torturés: les yeux des peluches sont arrachés, d’autres nounours sont brûlés.

«Suivre les phénomènes de mode»

«On doit suivre les phénomènes de mode, comme pour les bracelets «Rainbow Loom», souligne Bruno Ligiot, le chef divisionnaire des services portuaires. On en a saisi 40 boîtes à Marignane. Le caoutchouc n’était pas aux normes et provoquait des allergies. Commercialement l’importation de produits phares du moment est très intéressante».

«Dès que les casques audio à 200 euros sont sortis on a surveillé les contrefaçons», ajoute Guy Jean Baptiste.

Pour éviter les mauvaises surprises, souvent dangereuses pour la santé des bambins et des ados, les douanes conseillent de ne pas acheter des jouets dont le prix serait trop en dessous du marché, de porter une attention particulière à l’emballage et de vérifier l’étiquette. L’acquéreur d’un produit contrefait risque une amende et jusqu’à 10 ans de prison.

Sujets liés