Marseille: Le nouveau stade Vélodrome est un «pari économique risqué», selon le ministre des Sports

FOOTBALL La rénovation du nouveau stade Vélodrome a coûté 268 millions d'euros aux collectivités...

Camille Belsoeur

— 

Patrick Kanner, le ministre de la Ville, la Jeunesse et les Sports, jeudi 16 octobre au stade Vélodrome.
Patrick Kanner, le ministre de la Ville, la Jeunesse et les Sports, jeudi 16 octobre au stade Vélodrome. — C.Belsoeur / 20 Minutes

À l'occasion de l'inauguration officielle du stade Vélodrome jeudi, Patrick Kanner, ministre de la Ville, de la Jeunesse et des Sports n'a pas caché que l'opération de rénovation du stade Vélodrome était économiquement risqué. «J’espère que les résultats sportifs pourront équilibrer l’ensemble de ce coût, car il y a une prise de risque financière bien évidemment», a déclaré Patrick Kanner, alors que l'Etat a participé à hauteur de 28 millions d'euros pour la rénovation de l'enceinte, soit 10% du coût total.

>> Le Vélodrome bascule dans une nouvelle dimension

La ville de Marseille a choisi de passer par un partenariat public-privé (PPP) pour la rénovation du stade. Cette opération, d'un montant de 268 millions d'euros et largement critiquée par la chambre régionale des comptes, engage la ville à payer 12 millions chaque année pendant 30 ans à son partenaire privé, Arema, une filiale du groupe Bouygues. Pour rentabiliser l'enceinte, Arema, qui cherche toujours un partenaire désireux d'accoler son nom au stade dans le cadre d'une opération de naming, devra assurer des recettes annexes, en accueillant des sélections nationales mais aussi le Rugby club toulonnais, à l'étroit dans son stade Mayol et des concerts.

Mauvais résultats sportifs interdits

Lorsque la question du poids du coût du stade sur la dette municipale lui a été posée, le maire de Marseille Jean-Claude Gaudin s'est lui emporté. «Depuis que je suis maire j'ai contribué au désendettement de la ville, et comment voulez-vous que Marseille grandisse sans investissements? Nous avons désormais le second plus grand stade de France.»

Cet été, l'Olympique de Marseille, le club résident du Vélodrome, a mené un long bras de fer avec la mairie pour négocier le prix du loyer annuel du stade. Le maire Jean-Claude Gaudin, qui exigeait initialement un loyer fixe de 8 millions d'euros a dû se contenter d'un montant annuel qui comprendra une part fixe de 4 millions d'euros (3 millions pour la saison 2014-2015), et une part variable si le chiffre d'affaires dépasse 20 millions d'euros (auquel cas la ville aura un intéressement de 20% sur la part dépassant les 20 millions).

Vincent Labrune absent de la cérémonie

Cette part variable du loyer profitera donc à la ville de Marseille en cas de remplissage élevé du stade, étroitement lié aux résultats sportifs de l'OM. Mais en cas de mauvaise conjoncture sportive, les caisses de la ville pourraient souffrir. Conscient de la problématique, Jean-Claude Gaudin n'a pas manqué de féliciter le club «pour son excellent début de saison et sa place de leader du championnat.»

Le président de l'OM, Vincent Labrune, était lui absent de la cérémonie protocolaire, retenu pour des «raisons familiales», selon le club représenté par son directeur général Philippe Perez.