Bouches du Rhône: Roger Meï fait appel après l'annulation des municipales à Gardanne

JUSTICE L'élection de Roger Meï (PCF), maire de Gardanne a été annulée par le tribunal administratif. Le maire fait appel...

20 Minutes avec AFP

— 

Gardanne le 23 mars 2011
Gardanne le 23 mars 2011 — P.MAGNIEN / 20 MINUTES

L'élection de la liste communiste conduite par le maire PCF de Gardanne Roger Meï, en mars avec 69 voix d'écart, a été annulée par le tribunal administratif de Marseille. Le maire a décidé de faire appel auprès du Conseil d’Etat.

Le communiste, élu depuis 1977 à la tête de cette commune industrielle du pourtour de l'étang de Berre, était arrivé au second tour en tête dans une quadrangulaire avec 39,70% des voix, juste devant son ancien adjoint DvG Jean-Brice Garella (39,01%), une liste FN et une autre DVD.

Domicile fictif

Son rival de gauche avait demandé l'annulation de l'élection parce que figurait sur la liste du maire sortant, Jean-Marc La Piana, un médecin directeur d'un établissement de soins palliatifs à Gardanne, qu'il estimait inéligible, ce que le tribunal a reconnu.

La justice a en effet estimé que le domicile de Jean-Marc La Piana à Gardanne était fictif, qu'il habitait en réalité Aix-en-Provence et «n'était pas inscrit au rôle des contributions directes» de la commune.

Or, a estimé le tribunal administratif, la notoriété de cet homme est «de nature à influencer le vote de certaines catégories d'électeurs» et donc, au regard du faible écart séparant les deux candidats, «de nature à altérer la sincérité du scrutin».

«Le représentant du PS, Jean Brice Garella, dont tout le monde sait qu’il ne vit pas à Gardanne, a choisi de porter ses coups sur Jean Marc La Piana. Nous ne pouvons accepter que la légitimité de cet homme de bien, engagé depuis longtemps à Gardanne soit remise en cause», estime Roger Meï dans un communiqué.