«Pour un comité d'éthique»

INTERVIEW José Allégrini. Adjoint au maire à la Sécurité

©2006 20 minutes

— 

José Allégrini

Adjoint au maire à la Sécurité.

Avec 29 caméras supplémentaires, Marseille est-elle encore dans « l’expérimentation » ?

Nous passons maintenant à une application concrète et élargie. Avec ces nouvelles caméras, il y aura une continuité de la vidéoprotection en centre-ville. Nous ne sommes pas les seuls à le faire : Lyon, ville gérée par la gauche, a aussi un important réseau de caméras.

Plusieurs associations s’inquiètent des atteintes à la vie privée…

Notre système occulte toutes les parties privées des immeubles sur les écrans de contrôle. Par ailleurs, je suis tout à fait favorable à la création d'un comité local d'éthique sur la vidéosurveillance, avec des représentants de la Ligue des droits de l'homme et des avocats, comme cela se fait à Lyon.

Recueilli par F. L.