Marseille: Stéphane Ravier (FN) prend un siège au Sénat

POLITIQUE Jean-Noël Guérini (ex PS) a également été élu...

Amandine Rancoule

— 

Stéphane Ravier.
Stéphane Ravier. — B. Langlois / AFP

A l'issue des élections sénatoriales dans les Bouches-du-Rhône ce dimanche, Stéphane Ravier (FN) est élu sénateur. C'est le premier élu Front National à rentrer au Palais du Luxembourg.

Stéphane Ravier avait été élu maire du 7e secteur en mars, devenant ainsi le maire de la plus importante «ville» détenue par le FN puisque les 13e et 14e arrondissements comptent environ 150.000 habitants.

«Une victoire historique»

«Quand on nous dit c'est impossible, ça donne envie de gagner, réagit Stéphane Ravier. Je salue la victoire de David Rachline dans le Var. Nous ne serons pas trop de deux pour faire bouger le mammouth du Sénat (...) Après avoir convaincu le peuple, nous avons convaincu ses représentants, c'est une victoire historique. Il n'y a plus que la porte des présidentielles à pousser.»

Guérini accuse Mennucci

Trois sièges reviennent à l'UMP avec Jean-Claude Gaudin, Sophie Joissains et Bruno Gilles et trois autres à la liste dissidente socialiste de Jean-Noël Guérini avec, outre ce dernier, Mireille Jouve, Michel Amiel. Un autre est gagné par la socialiste Samia Ghali.

Après avoir félicité les différentes listes, Jean-Noël Guérini, qui donnait une conférence de presse dans un bar proche de la préfecture, a estimé «indiscutable la percée de l'extrême droite». «L'élection d'un sénateur Front National est la conséquence directe des choix effectués au mois de mars dernier lors de l'élection municipale de Marseille par M. Mennucci: de ne pas s'être désisté d'une manière républicaine en faveur de la liste UMP». Un reproche déjà fait lors des municipales par le maire Jean-Claude Gaudin (UMP).

L'association de Jean-Noël Guérini, «La force du 13» va se transformer en parti politique a annoncé le président du conseil général, démissionnaire du parti socialiste. «J'appelle au rassemblement de forces vives du département et de Marseille à se rassembler autour de mon parti ni de droite et ni de gauche et que j'aurai l'honneur de présider», déclare-t-il.