« Bielsa, on le comprend »

Camille Belsoeur

— 

Le Vélodrome, en mai 2013.
Le Vélodrome, en mai 2013. — P.Magnien / 20 Minutes

Pour la réception de Nice le 29 août au Vélodrome (4-0) lors de la dernière journée de L1, Marcelo Bielsa avait battu tous ses joueurs à l'applaudimètre lors de la présentation des équipes. Depuis l'annonce de sa signature à Marseille en mai dernier, les fans olympiens lui réservent les plus beaux hommages au Vélodrome. Mais le très populaire «El Loco» a-t-il toujours la même cote de popularité après les vives critiques lancées contre le président Labrune et le fonctionnement du club, jeudi ?

Entraînement public


«On est toujours déçu quand des choses rendent le quotidien de l'OM compliqué, explique Christophe Bourguignon, leader du Commando Ultra'84. Chaque année, Marseille, c'est comme Plus belle la vie. Après, Bielsa ou Labrune, ça ne m'intéresse pas de savoir à qui la faute. » En attendant le tête à tête entre Vincent Labrune et Marcelo Bielsa, fixé le 15 septembre au centre d'entraînement Robert Louis-Dreyfus, les clubs de supporters ne bougeront pas d'un pouce. La séance d'entraînement ouverte au public mardi 9 septembre devrait donc se dérouler comme si de rien n'était. Déjà, lors du match amical perdu par l'OM face à Arles-Avignon vendredi (2-0), Marcelo Bielsa et ses troupes n'avaient rien laissé paraître. «Il peut toujours y avoir deux-trois imbéciles qui craquent un fumigène à l'entraînement, mais sinon, non, il n'y aura rien, confirme Guillaume Barthemy, trésorier des Yankees. Bielsa, on peut le comprendre. Vous avez vu le recrutement de l'OM ? Ce n'est pas ce que Labrune lui avait promis. Et ce que beaucoup de supporters apprécient, c'est que Bielsa ne se préoccupe pas des médias. Il n'est pas là pour faire sa communication. Lui, ce qui l'intéresse, c'est le terrain.»

■ Une séance ouverte

Depuis l'arrivée de Bielsa à la tête du club, les séances d'entraînement ouvertes au public sont plutôt rares à l'OM. Mais l'entraînement est accessible ce mardi matin, à partir de 11 h.