Placer Marseille en haut du panier

ECONOMIE Elus et patrons semobilisent en vue du classement desmétropoles de l’UE

©2006 20 minutes

— 

Faire entrer la ville dans le club des vingt premières métropoles d'Europe. Après la mairie, c'est au tour de la chambre de commerce et d'industrie de se fixer cet objectif. Fondé l'été dernier, le club Marseille Ambition Top 20, qui regroupe 70 entreprises, veut faire entrer l'agglomération dans le hit-parade à l'horizon 2020. Pour obtenir plus de subventions auprès de l'Etat et de l'Europe? « Ça peut être un argument, mais ce n'est pas aussi automatique que ça, explique Christian Brunner, directeur de l'agence d'urbanisme de l'agglomération marseillaise. L'intérêt est surtout de pouvoir comparer les villes pour voir nos forces et nos faiblesses. »A l'actif de Marseille, 23e au classement : une forte activité portuaire, une bonne accessibilité en train ou en avion, un pôle touristique. Au passif : pas assez d'habitants, de sièges sociaux. Surtout, le classement fait apparaître la nécessité absolue d'une coopération entre Marseille, Fos, Aubagne et Aix. « Il existe déjà des collaborations, assure Jean-Claude Gondard secrétaire général de la mairie de Marseille. Pour la délocalisation de l'Institut de sûreté nucléaire, Marseille et Aix ont présenté un dossier commun. Et sur le financement de la L2, il y a finalement eu un accord entre la ville, le département, la région et l'Etat. » Pour l'opposition, le classement met en lumière le retard pris face à Barcelone, classée 6e, ou Milan, 5e. « L'objectif est ambitieux, estime le groupe municipal PS. Mais il suppose qu'on règle des gros problèmes institutionnels » pour faire coopérer les collectivités de l'agglo.