Marseille: Les lancers de colis se multiplient aux Baumettes

PRISON Les détenus se font envoyer des colis par-dessus le mur d'enceinte...  

Mickael Penverne

— 

Marseille le 25 avril 2012 - La prison des baumettes
Marseille le 25 avril 2012 - La prison des baumettes — P.MAGNIEN / 20 MINUTES

Les lancers de colis se multiplient à la prison marseillaise des Baumettes. Selon le Syndicat pénitentiaire des surveillants (SPS), la cadence des «projections extérieures» se serait accélérée ces dernières semaines.

Lancés depuis le chantier de l’extension de l’établissement (appelée Baumettes 2), ces colis atterrissent dans la cour de promenade des détenus. Selon le syndicat, certains d’entre eux contiendraient des matraques, des couteaux, des téléphones portables mais aussi de la drogue.

Fouille générale

Dimanche, «un cap a été franchi», affirme l’organisation qui raconte qu’une cinquantaine de colis ont été expédiés tout au long de la journée. La situation a dégénéré lorsqu’un détenu a agressé un surveillant après avoir escaladé un grillage de la promenade pour tenter de récupérer l’un d’entre eux.

Assurant que la sécurité des surveillants «n’est plus assurée», le SPS demande une «fouille générale» des Baumettes et la «sécurisation» du chantier de la nouvelle prison qui doit ouvrir en 2016 et accueillir près de 400 détenus. Un gardiennage a déjà été mis en place mais il est jugé insuffisant par le syndicat.

Surpopulation

En mai, les «matons» avaient manifesté à l’appel du SPS pour dénoncer la surpopulation carcérale qui atteint 145 % dans le centre pénitentiaire. Selon le syndicat, il manque une soixantaine agents pour surveiller les 1.700 prisonniers - sur 1.200 places disponibles.

Il y a deux ans, l’ancien contrôleur général des prisons, Jean-Marie Delarue, avait sévèrement critiqué les conditions de vie aux Baumettes. «L’insalubrité et l’absence d’hygiène sont consubstantielles à la plus grande partie de l’établissement», avait-il indiqué dans un rapport, soulignant que cette situation «est dans l’ensemble parfaitement connue» depuis plus de vingt ans.