Marseille: La bataille du métro a commencé

TRANSPORTS Seules quatres stations de métro sont accessibles aux personnes handicapées. Mais les choses pourraient changer...

Mickael Penverne

— 

Marseille le 3 novembre 2011 - La station Castellane du métro marseillais
Marseille le 3 novembre 2011 - La station Castellane du métro marseillais — P.MAGNIEN / 20 MINUTES

La pression s’accentue pour rendre le métro marseillais accessible à tous. Le président de la communauté urbaine, l’UMP Guy Teissier, se verra bientôt remettre une pétition qui lui demande «de bien vouloir prendre toutes dispositions utiles afin d’adapter le métro» aux personnes à mobilité réduite «et ceci dans des délais qui n’excèdent pas 24 mois».

Lancée il y a deux ans par Daniel Dirou, elle a recueilli aujourd’hui près de 15.000 signatures. «J’ai eu cette idée quand j’ai essayé de faire prendre le métro à ma mère, explique cet ancien chef d’établissement, aujourd’hui à la retraite. Je me suis rendu compte qu’il n’y avait pas d’ascenseur et qu’elle perdait facilement l’équilibre dans les escaliers mécaniques.»

Le bonnet d’âne

Le métro marseillais ne compte que quatre stations accessibles aux handicapés moteurs. Et encore, elles ne le sont pas totalement. Car une fois entrées dans l’une de ces stations de la ligne 1 (La Blancarde, Louis-Armand, Saint-Barnabé et La Fourragère), les personnes en fauteuil roulant ne peuvent accéder aux rames. Celles-ci sont plus hautes que les quais.

En 2013, l’Association des paralysés de France a publié un classement de l’accessibilité des villes françaises. Avec une note globale de 10,7/20, Marseille est classée 83e sur 96. «C’est inacceptable pour la 2e ville de France», estime Daniel Dirou qui espère faire pression sur la communauté urbaine grâce à sa pétition.

Benoît Candon veut, lui aussi, rendre le métro accessible aux handicapés (ainsi qu’aux poussettes, aux personnes âgées…). Après s’être attaqué - avec succès - au manque de pistes cyclables puis au fini-parti des éboueurs, cet avocat s’est tourné cette fois vers le métro.

Agissant au nom de l’association Marseille Accessible, il a réussi à obtenir du tribunal administratif, le 28 mai, que ce soit nommé un expert indépendant pour vérifier si toutes les stations de métro ne peuvent être rendues accessibles, en installant, par exemple, des ascenseurs.

«Il suffit de faire un trou»

«Le schéma directeur d’accessibilité des transports, voté en 2010 par la communauté urbaine, invoque l’impossibilité technique avérée pour ne pas faire de travaux, explique le conseil. Nous pensons le contraire: le métro est vaste, il y a d’énormes volumes et pour les ascenseurs, il suffit de faire un trou dans la chaussée. Ce n’est pas compliqué!»

L’expert devrait rendre son rapport avant la fin de l’année. «S’il va dans notre sens, il y a deux possibilités. Soit la communauté urbaine joue le jeu et réalise des travaux. Soit elle ne fait rien et nous attaquerons», avertit Benoît Candon.