Marseille: Des livres prêtés sur la plage

CULTURE La communauté Emmaüs Pointe Rouge a installé des bibliothèques sur des plages marseillaises...  

Amandine Rancoule
— 
Marseille 18 JUILLET 2014 Emmaus met en place des cabines de lecture sur les plages de marseille, Ici aux Catalans.
Marseille 18 JUILLET 2014 Emmaus met en place des cabines de lecture sur les plages de marseille, Ici aux Catalans. — Amandine Rancoule / 20 Minutes

Il y en a pour tous les goûts. Des romans, des magazines, des polars, des BD… Comme tous les matins, les compagnons d’Emmaüs Pointe rouge viennent déposer les livres du jour dans l’armoire de la plage des Catalans. Le principe est simple: je prends, je lis, je repose.

«De la culture libre-service»

«Cela fait six ans que l’on organise les cabines de lecture, explique Nouara Bernou, la responsable d’Emmaüs Pointe Rouge. On participe à la vie de la cité en proposant de la culture en libre-service et c’est aussi une manière de remercier nos donateurs». Cette année, les plages de la Pointe Rouge, des Catalans, des Prophètes et de l’Estaque sont équipées de cabine, comportant chacune entre 60 et 100 livres.

«J’en apporte quatre ou cinq par jour»

Et le rendez-vous est très attendu des baigneurs, férus de lecture. «Tous les matins je viens me baigner à 8h et je repars à 10h, raconte Christiane. Je prends des livres sur les coulisses de l’histoire, et j’en apporte quatre ou cinq par jour aussi. Mes petits, ils ne lisent pas alors quand je serais morte, je sais qu’ils vont les balancer! Autant faire profiter du monde», pense-t-elle.

«Un livre, il faut qu’il passe de mains en mains», juge aussi son amie. Pour madame donc, ce sera un roman «Intrigue à Versailles», d’Adrien Goetz. «Ça a l’air d’être un peu à l’eau de rose», murmure-t-elle comme pour s’excuser. «Ah non, Versailles c’était plutôt le bordel», la rassure en riant un ami.

Maya met fin à la blague. Dans sa poussette, elle hurle quand son frère lui arrache son livre des mains. «Il faut le rendre», lui explique-t-il sereinement. Rien à faire, la petite s’époumone. Seul un nouveau Picsou magazine tendu par son frère a raison de ses pleurs. Direction la plage.