Wayne Shorter, Herbie Hancock et George Clinton aux Cinq Continents

CULTURE Le festival Jazz des Cinq Continents démarre jeudi soir au J4 par un concert gratuit...

Mickael Penverne
— 
George Clinton est à l'origine des groupes The Parliamant et Funkadelic.
George Clinton est à l'origine des groupes The Parliamant et Funkadelic. — Franck Bohbot

La 15e édition du festival Jazz des Cinq Continents (FJ5C) démarre jeudi sur le J4, au pied du Mucem, avec le trompettiste Christophe Leloil. Sa participation dans Attica Blues Band aux côtés du légendaire Archie Shepp, en 2013, avait été très remarquée. Cette année, il monte sur scène avec sa propre formation, un quartet, pour interpréter son dernier album, Line 4.

Comme d’habitude, le FJ5C s’installe ensuite sur les pelouses du Palais Longchamp. Il accueille vendredi la chanteuse américaine d’origine franco haïtienne, Cécile McLorin, lauréate du prestigieux concours jazz international Thelonious Monk, qui a enflammé la critique avec son premier album Woman Child.

Fusion électrique

Dimanche, changement d’ambiance, et de pays, avec le pianiste brésilien Sergio Mendes, ancien compagnon de scène d’Antonio Carlos Jobim et de Joao Gilberto. Avec une trentaine d’albums au compteur en 50 ans de carrière, le pape de la Bossa Nova est considéré comme l’un des plus grands ambassadeurs de la musique populaire brésilienne.

Le même jour, c’est un autre monstre sacré qui monte sur scène: George Clinton. Considéré comme l’un des fondateurs du funk, au même titre que James Brown et Sly Stone, il a inventé une nouvelle forme de fusion électrique avec ses deux groupes mythiques, The Parliamant et Funkadelic.

Carte blanche

Le 22 juillet, c’est un autre sommet musical qui attend les spectateurs: le duo Herbie Hancock-Wayne Shorter. Âgés respectivement de 74 et 81 ans, ces deux-là ont porté la musique noire américaine. Leurs albums (notamment The Headhunters et Future Rocks pour le premier, Speak no Evil pour le second) sont des monuments du jazz.

Le 25 juillet, carte blanche donnée au trompettiste Ibrahim Maalouf et une fusion inédite, entre jazz «à la française» et musique populaire. Autour de lui: Thomas Dutronc, Michel Portal, Vincent Ségal, Eric Legnini et la chanteuse nigériane Asa. Enfin, le samedi 26 juillet, le FJ5C clôturera ses portes avec la traditionnelle soirée «guitare» qui verra monter sur scène le bluesman Lucky Peterson puis Jo Satriani.

En 2013, le festival de jazz des Cinq Continents, qui s’étalait sur plusieurs mois, avait accueilli près de 40.000 personnes. Cette année, les organisateurs en attendant environ 35.000.