Une filière de faux documents remontée depuis Marseille

FAITS DIVERS Six personnes ont été placées sous les verrous...

A Marseille, Amandine Rancoule

— 

Marseille : saisie de faux papiers d'identité
Marseille : saisie de faux papiers d'identité — Amandine Rancoule / 20 Minutes

C’est la cinquième filière d’aide au séjour irrégulier démantelée depuis le début de l’année dans la zone sud. «312 personnes ont déjà été interpellées en possession de faux papiers», souligne le commissaire divisionnaire Thierry Assanelli, directeur zonal de la police aux frontières zone sud. Et l’enquête se poursuit.

Pour l’heure, 47 personnes ont été placées en garde à vue, neuf mises en examen et six écrouées. Les porteurs de faux documents ont pu contracter des crédits auprès de banques et percevoir des allocations chômage. Pôle emploi estime à 110 000 euros son préjudice.

Des faux documents «d’excellente qualité»

L’enquête commence en 2013 lorsque la préfecture des Bouches-du-Rhône demande à la police d’analyser un document d’identité qu’elle trouve suspect. Vérification faite, c’est un faux. «Ces faux documents sont d’excellentes qualité», souligne Thierry Assanelli. Finalement fin 2013, douze personnes sont interpellées à Marseille en possession de faux permis de conduire ou de cartes d’identité portugaises. «La commande se passe au téléphone, les photos d’identité et l’état civil sont envoyés par mail, explique Brice Robin, le procureur de la République de Marseille. Après réception du mandat de 200 à 350 euros, les faux papiers sont envoyés par Chronopost.»

En janvier, six autres personnes sont interpellées et une officine de fabrication de faux documents est découverte à Nemours, en Seine-et-Marne. Puis, au deuxième trimestre, 21 individus sont arrêtés dans toute la France. L’année dernière, six filières de fraude documentaires ont été démantelées par les 1900 policiers de la zone sud et 1313 personnes ont été interpellées en possession de faux papiers d’identité.