La méfiance persiste malgré le compromis

— 

Les marins de la SNCM ont voté la fin de la grève jeudi matin. La veille, un compromis a été signé entre les syndicats et les actionnaires. Cet accord met en place une «mission» qui a jusqu'au 31 octobre pour trouver un repreneur. «L'objectif est de trouver une autre solution que le redressement judiciaire», explique Pierre Maupoint de Vandeul, de la CFE-CGC.

A la mairie de Marseille, malgré l'accord, on n'oublie pas de tacler le gouvernement. «Il a géré cette affaire en fonction de ses intérêts électoraux, accuse Roland Blum, l'adjoint au maire chargé du dossier. Il a fait des promesses alors qu'il savait dès le départ qu'il ne pourrait pas les tenir.» Les acteurs économiques sont également partagés. Les rotations vers la Corse ont repris. «Mais ça ne fait que repousser le problème, indique Jean-Claude Pellegrin, PDG de la SMTRT, un transporteur. Aujourd'hui, cette affaire n'est toujours pas réglée. Dans quatre mois, on risque d'y retourner.»