Le redressement judiciaire ne ferait pas l'unanimité

— 

Une réunion doit se tenir ce lundi en préfecture entre les syndicats de la SNCM et Gilles Bélier, le négociateur mandaté par l'Etat dans ce dossier alors que la voie du redressement judiciaire semble préconisée par le gouvernement. «Le redressement judiciaire, c'est un moyen de démanteler la SNCM, avec plus d'un millier de licenciements. Ce n'est pas acceptable pour nous. Il a fallu 12 jours de grève, précédés d'un préavis d'un mois, pour avoir ça ?», s'indigne Frédéric Alpozzo, le représentant CGT des marins. Les salariés réclamaient depuis plusieurs mois une «clarification» de la position du gouvernement. Début janvier, il avait validé un plan de relance de la compagnie maritime prévoyant notamment 500 suppressions de postes sur 2 600 et l'acquisition de quatre nouveaux navires. A la fin du mois de février, il avait finalement bloqué le processus de commande.