Daniel Buren à la Cité Radieuse

Mickaël Penverne

— 

L'expo dure jusqu'au 30 septembre.
L'expo dure jusqu'au 30 septembre. — M. Penverne / 20 Minutes

Après l'architecte Xavier Veilhan l'été dernier, le MaMo (pour Marseille Modulor) reçoit Daniel Buren. Archiconnu pour ses colonnes plantées dans la cour d'honneur du Palais-Royal à Paris, l'artiste français expose sept «travaux in situ» sur le toit de la Cité Radieuse jusqu'au 30 septembre.

La mire de l'ORTF


Contrairement à Veilhan, Buren n'a pas cherché à rendre hommage au créateur des lieux, Le Corbusier. Mais il a travaillé avec sa création (le bâtiment) en créant de nouveaux espaces, en ouvrant des perspectives et en apportant de la couleur. L'ancien gymnase, avec ses vitraux, est ainsi transformé en sainte chapelle. On peut y voir aussi, par l'effet miroir sur le sol, une ancienne mire de l'ORTF. Buren laisse le choix de l'interprétation au visiteur. Il n'impose rien, excepté la monumentalité de certaines œuvres. C'est à l'observateur de découvrir, en faisant un pas de côté, une nouvelle ligne de fuite ou un reflet inattendu. La surprise vient en se déplaçant, en restant actif et curieux. L'œuvre de Buren ne se résume pas à d'austères bandes noires et blanches de 8, 7 cm.