Une opération dégraissage difficile pour l'OM

Camille Belsoeur

— 

Le milieu offensif marseillais Dimitri Payet est actuellement convoité par le club gallois de Swansea.
Le milieu offensif marseillais Dimitri Payet est actuellement convoité par le club gallois de Swansea. — P.Magnien/20 Minutes

Sans les ressources de la Ligue des champions la saison prochaine après une dernière saison médiocre, l'OM devait vendre avant d'acheter dans ce mercato estival. Les dirigeants marseillais l'avaient répété à plusieurs reprises. L'avenir économique du club primait sur l'avenir sportif. Mais finalement, l'arrivée de Marcelo Bielsa, le nouvel entraîneur argentin de l'OM, a vite bousculé les plans préétablis. Fin juin, Marseille a déboursé 11 millions d'euros pour acquérir deux joueurs offensifs : l'ex-rennais Romain Alessandrini, et l'attaquant belge du Standard de Liège, Michy Batshuayi. Si ces transferts rentrent dans le budget de la saison 2014-2015, l'OM n'a toujours pas «bouché» son trou de 8 millions d'euros dans sa trésorerie de la saison précédente. Un déficit qu'a comblé Margarita Louis-Dreyfus, la propriétaire du club, pour le passage devant la DNCG le 30 juin. Mais «MLD» attend le remboursement de cette avance. Et Vincent Labrune, le président, s'est promis de faire de l'OM un club autosuffisant. Mais pour vendre, les temps sont durs. «Le foot européen n'a plus d'argent», souffle un dirigeant olympien. Et les clubs ne se bousculent pas au portillon pour recruter les «lofteurs», ces joueurs écartés par Marcelo Bielsa de l'effectif professionnel depuis la reprise de l'entraînement le 24 juin. À l'heure actuelle, seul Florian Raspentino a trouvé un point de chute à Caen où un contrat de trois ans l'attend selon La Provence. Rod Fanni, le joueur le plus «bankable» de ce groupe d'indésirables, à lui quelques touches avec des clubs anglais, mais rien de concret. Les temps sont durs.