Marseille: Le rythme s’accélère pour les écoles et le loyer du Vélodrome

POLITIQUE Le conseil municipal se déroule ce lundi à l’espace Bargemon...

Amandine Rancoule

— 

La redevance annuelle à payer à la société Aréma, en charge des travaux de stade Vélodrom, s’élève à 23 millions d’euros par an.
La redevance annuelle à payer à la société Aréma, en charge des travaux de stade Vélodrom, s’élève à 23 millions d’euros par an. — P.Magnien/20 Minutes

Plus de 330 délibérations sont inscrites à l’ordre du jour du conseil municipal ce lundi matin. Les élus vont notamment débattre des modalités d’application des rythmes scolaires et du loyer du stade Vélodrome.

Car si la ville a longtemps tergiversé, elle appliquera à la rentrée les nouveaux horaires dans ses 444 écoles. Les activités périscolaires sont regroupées le vendredi après-midi, après la cantine. «Je reçois tous les jours une trentaine de propositions d’associations qui veulent faire les animations», indique Danièle Casanova (UMP), l’adjointe à l’éducation.

Huit millions d’euros de loyer

Le mercredi après-midi, certaines écoles vont aussi se transformer en centres aérés, comme cela se fait à Paris. «Mais la ville ne digère pas ce coup de force juridique, démocratique et financier contre les Marseillais qui nous oblige à envisager une hausse des impôts», réagit Yves Moraine, le président du groupe UMP. «Quand on nous explique que la réforme va conduire à augmenter les impôts c’est faux, vu le prix du Vélodrome», rétorque Stéphane Mari, le président du groupe socialiste.

La livraison du stade est prévue le 16 août, pour la reprise du Championnat. Comme le préconise la Chambre régionale des comptes, la ville demande 8 millions d’euros de loyer par an à l’OM, soit 380.952 euros par match. Contacté, le club n’a pas fait de commentaire. Jusqu’à présent, il demandait la gratuité les trois premières années puis 1,5 million par an, comme avant la rénovation. «Nous avons le souci d’entretenir de bonnes relations avec le club, précise Yves Moraine. Mais, il ne faut quand même pas se moquer du monde».