La marche funèbre des intermittents

— 

Les intermittents continuent de mettre la pression. Plusieurs centaines d'entre eux ont battu le pavé jeudi, avec d'autres salariés, en empruntant le traditionnel parcours entre le Vieux Port et la préfecture, pour finir devant les locaux du Medef, place Charles-de-Gaulle. Ils ont organisé symboliquement une marche funèbre avec une collection de cercueils en carton portant chacun la mention d'un des métiers de culture menacés par la nouvelle convention d'assurance chômage : régisseur, sonorisateur, etc. Arrivés devant les locaux de l'organisation patronale, qu'ils accusent de vouloir casser leur système d'assurance chômage ils ont brûlé ces cercueils. Plusieurs événements culturels ont déjà été fortement perturbés par le mouvement comme le festival de Marseille dont plusieurs spectacles ont été annulés. À l'inverse, les intermittents du festival lyrique d'Aix, qui démarre le 2 juillet, ont voté mercredi contre la grève.