Le moustique tigre revient

Mickaël Penverne

— 

L'Aedes albopictus, son autre nom.
L'Aedes albopictus, son autre nom. — AFP

Avec le printemps, c'est le retour du moustique tigre. Importé d'Italie dans des pneus usagés il y a quelques années, la bestiole, responsable du chikungunya et de la dengue, s'est implantée progressivement en Paca. Tous les départements, à l'exception des Hautes-Alpes, sont désormais colonisés. En 2010, les autorités sanitaires ont enregistré deux cas «autochtones» de chikungunya dans la région de Nice. Et en 2013, un cas de dengue a été signalé du côté de Venelles.

Adapté au contexte urbain


Cette année, il n'y a pas encore de cas autochtone, mais déjà des cas «importés» – souvent des Antilles. Six personnes ont contracté le chikungunya et cinq la dengue avant leur retour dans la région. Le climat en Paca est particulièrement propice à sa propagation. «C'est aussi un moustique qui s'est très bien adapté au contexte urbain de notre région», ajoute Charles Jeannin, de l'Entente départementale de démoustication. Comme chaque année, l'Agence régionale de santé préconise donc de supprimer tous les «gîtes larvaires», c'est-à-dire les eaux stagnantes.