«Dialogue de sourds» sur l'avenir de Fralib à Gémenos

PLAN SOCIAL Chacun a campé sur ses positions hier à la préfecture, à l'issue d'une table ronde sur l'avenir de l'usine Fralib (groupe Unilever) à Gémenos. « On est resté dans un dialogue de sourds », a résumé le préfet, Christian Frémont. Le site est sous le cou...

©2006 20 minutes

— 

Chacun a campé sur ses positions hier à la préfecture, à l'issue d'une table ronde sur l'avenir de l'usine Fralib (groupe Unilever) à Gémenos. « On est resté dans un dialogue de sourds », a résumé le préfet, Christian Frémont. Le site est sous le coup d'un plan social prévoyant la suppression de 57 postes sur 246. La CGT (majoritaire) refuse ce plan et réclame des garanties pour l'avenir de l'usine sur cinq ans. Engagement impossible à prendre au-delà de deux ans, selon la direction d'Unilever, qui affirme que la réduction d'effectifs est indispensable pour accompagner la baisse des volumes des thés et infusions produits sur le site. Une nouvelle table ronde est prévue mercredi prochain, en présence du responsable européen pour les thés et boissons d'Unilever, chargé notamment de la répartition des productions sur les différentes usines du groupe. Les salariés devraient débrayer toute la matinée, comme ils l'ont déjà fait hier matin.

S. H.