— no credit

DEVELOPPEMENT

Marseille bombe le torse pour 2020

La mairie et la communauté urbaine de Marseille présentaient leurs grands chantiers hier au Pharo, devant plus de huit cents personnalités

L'animateur avait prévenu : « Nous allons parler de Marseille en 2020. Il n'y aura pas de sujet tabou. » De fait, il n'y en pas eu, puisque le public n'a pas pu poser de questions. La mairie et la communauté urbaine de Marseille présentaient leurs grands chantiers hier au Pharo, devant plus de huit cents personnalités du monde économique, politique et associatif. Des projets, indéniablement, il y en a beaucoup : à l'entrée de l'auditorium, chacun reçoit un guide de 300 pages couleur sur papier glacé, recensant 150 dossiers, en cours ou à venir. « Nous sommes au milieu du gué, estime Jean-Claude Gaudin. Nous avons rompu la spirale du déclin. Il faut envisager l'avenir avec optimisme. » Sur scène, une dizaine de « grands témoins » ravis de travailler à Marseille. Notamment dans les filières scientifiques : « Si on compare à la Silicon Valley, il y a une vraie dynamique en Paca autour de l'électronique, assure Rachid Bouchakour, de Polytechnique. Le pôle de compétitivité “communication sécurisée” a une envergure mondiale. »

Jean-Louis Reiffers, directeur de l'Ecole de la deuxième chance, qui forme des personnes exclues du système scolaire, rappelle que « l'exemple de Marseille a été suivi partout. Aujourd'hui, la France compte quinze écoles comme la nôtre ! » Seul Philippe Dufourcq, directeur de l'Ecole centrale Marseille, ose casser l'ambiance : « Puisqu'on nous demande de rêver, je rêve que mes étudiants puissent prendre le métro après 21 h ! » Applaudissements nourris du public. « C'est le coût de cette mesure qui nous effraie, répond le maire. Actuellement, nos finances ne nous le permettent pas. »

Frédéric Legrand