Des chantiers sur la bonne voie

Amandine Rancoule

— 

Le nouveau président de la RTM, Maxime Tommasini, lundi matin.
Le nouveau président de la RTM, Maxime Tommasini, lundi matin. — P?Magnien / 20 Minutes

Maxime Tommasini a été nommé lundi matin président du conseil d'administration de la régie des transports marseillais (RTM). Ce proche de Guy Tessier (UMP), le président de la communauté urbaine (MPM), succède à Karim Zéribi (EELV). «Il a œuvré au mieux mais cette page se tourne, estime Maxime Tommasini. Nous allons regarder ce qui doit être amélioré». Tour d'horizon des «améliorations pour montrer aux Marseillais qu'ils peuvent prendre les transports en commun».

Navettes maritimes. Elles vont continuer à fonctionner. «Nous n'avons jamais été contre, souligne le nouveau président. Elles sont très utiles pour certains mais engendrent un grand déficit pour la RTM». La régie des transports devrait donc prochainement réfléchir à deux types de tarifications. Par exemple une pour les touristes et l'autre pour les Marseillais effectuant quotidiennement des déplacements domicile/travail.

Nord/sud. «Il est clair que cet axe doit être développé. Il n'y aura pas de quartiers favorisés», promet Maxime Tommasini. Le prolongement du tramway et du métro dans le sud et le nord est toujours d'actualité.

Bus. Le but est de faire fonctionner les bus comme des tramways, «avec une priorité sur tous les ronds points».

Accessibilité. Marseille est en retard et doit être en règle en 2017. Seul le tramway et quelques bus sont accessibles aux personnes à mobilité réduite. «Dans le métro, tout est à refaire, souligne Cyrille Baquier, représentant de cette catégorie d'usagers. Je suis là pour pousser sur ce sujet et il y a énormément de boulot». De plus, le service à la demande Mobimétropole, avec 82 000 voyages par an, «est souvent complet».