La musique classique sort de son ghetto

CULTURE « Vous allez reconnaître : c'est le thème du Barbier de Séville ». « Ah ben oui évidemment... », rigole un élève dans le public. Hier, l'orchestre régional de Cannes était au centre de formation des apprentis (CFA) Corot (14e), en ouverture d'une rés...

©2006 20 minutes

— 

« Vous allez reconnaître : c'est le thème du Barbier de Séville ». « Ah ben oui évidemment... », rigole un élève dans le public. Hier, l'orchestre régional de Cannes était au centre de formation des apprentis (CFA) Corot (14e), en ouverture d'une résidence de trois jours dans les quartiers Nord. Avant le concert, prévu en fin d'après-midi, la journée commence par une « répétition commentée », dans la cafétéria. Baguette dans une main, micro dans l'autre, le chef Philippe Bender présente les instruments : « Alors, la contrebasse. C'est l'instrument à cordes le plus grave. On peut le jouer classique avec un archet, ou pincé avec les doigts, plus jazzy. » Un long coup d'archet et, malgré les larges baies vitrées qui ruinent l'acoustique, un son énorme emplit la salle. « Aaah c'est trop classe la basse ! Ça, ça tue », savoure Adama, élève en management des unités commerciales.

La centaine d'élèves présents est là dans le cadre des cours. « On avait une heure d'histoire et une heure d'orchestre classique, explique Jennifer, en deuxième année de boulangerie. Ç'aurait été deux heures c'était un peu dur, mais là c'est sympa. Et puis il y a des musiques qu'on connaît grâce à la pub. » Le directeur du CFA arpente quand même la cafétéria pour faire un peu la police et tempérer bavardages et allées et venues, alors que l'orchestre attaque Porgy and Bess. Pas conquis à 100 %, les élèves sont tout de même sous le charme : « Spontanément on est plus dans le rap ou le R'n'B, reconnaît Adama. Du classique, j'en écouterais pas tous les jours, mais c'est bien de découvrir. » « Quand ils jouent fort, ça bouge bien ! », juge Khaled. Philippe Bender prend le temps de placer les oeuvres dans leur contexte et Linda, en BTS restauration, apprécie : « Je savais pas que Rossini était à la fois compositeur et cuisinier. »

F. L.

L'orchestre joue Rossini, Mozart, Beethoven, Gershwin et Offenbach ce soir à 18 h au lycée Diderot (13e) et demain à 20 h 30 à la Friche de la Belle de Mai (3e).