Ne pas oublier le Mémorial des Milles

©2006 20 minutes

— 

 
  — no credit

Plusieurs personnalités se sont rassemblées hier autour du wagon-souvenir des Milles pour commémorer l'anniversaire de la libération du camp d'Auschwitz. Une journée que le président de l'association Mémoire du camp des Milles, Alain Chouraqui, a voulu « inscrire dans la pierre et dans la durée par le futur Mémorial ». Ce projet de Mémorial, porté depuis de nombreuses années par l'association, vise à réaliser un lieu de mémoire, d'éducation et de culture autour du site où 10 000 personnes ont été internées de 1939 à 1942. Parmi eux, 2 500 hommes, femmes et enfants juifs, dont le plus jeune n'avait qu'un an, ont ensuite été déportés à Auschwitz. « Au-delà de la mémoire, nous voulons faire de l'éducation citoyenne à travers ce lieu et montrer les mécanismes qui ont permis d'en arriver là ainsi que ceux qui ont poussé d'autres à dire non », note Alain Chouraqui.

Après la désignation, en juillet, du maître d'oeuvre, le projet de Mémorial, dont la réalisation coûtera 13,7 millions d'euros, dépend désormais de l'arrivée des fonds. Une étape importante devrait se dérouler aujourd'hui à l'occasion d'un tour de table organisé à Matignon, à Paris. Si les collectivités locales ont confirmé leur participation au projet, l'Etat doit encore se positionner sur le montant de son apport. Mais l'association se veut optimiste, après la récente déclaration du Premier ministre, indiquant que « le financement de cette opération sera bientôt réalisé ». Etape d'autant plus urgente que le budget de fonctionnement du Mémorial n'a pas encore été discuté.

Une fois le tour de table financier validé, les équipes estiment que le Mémorial pourrait être partiellement ouvert l'an prochain, avant son ouverture définitive en 2009.

S. H.

Outre l'apport de l'Etat, le département doit verser 2,9 millions d'euros, la région 2,5 millions, Lafarge 1,8 million, la Fondation pour la mémoire de la Shoah 2,5 millions et le Pays d'Aix 1,5 million.