Entente CMN-SNCM pour la Corse

©2006 20 minutes

— 

Un remariage d'intérêts. La SNCM et la CMN ont annoncé vendredi qu'elles renouvelaient leur alliance pour présenter une réponse commune à l'appel d'offres concernant la desserte de la Corse. Un revirement de raison pour les deux compagnies, partenaires pour la délégation de service public (DSP) depuis 2002, qui se sont affrontées pendant plusieurs mois pour le nouvel appel d'offres 2007-2012 jusqu'à proposer des offres concurrentes. La CMN s'était même alliée sur certaines liaisons avec Corsica Ferries, adversaire principal de la SNCM.

Mais l'annulation de l'appel d'offres par le Conseil d'Etat, le 15 décembre, entraînant une reprise de la procédure, et l'approche de la date limite du dépôt des nouvelles offres, le 9 février, a incité les deux ex-alliés à trouver un terrain d'entente. Le nouvel accord, « sous forme de groupement momentané d'entreprises », « s'inscrit dans la continuité de ce qui existe depuis 2002 sans conditions annexes ou préalable », a expliqué Gérard Couturier, président du directoire de la SNCM. « L'accord est fondé sur l'indépendance et l'identité commerciale de la CMN », a assuré cette dernière dans un communiqué. Corsica Ferries, grande perdante de cette nouvelle alliance, se refusait vendredi à tout commentaire.

Les partenaires devraient désormais remettre une offre commune à la Collectivité territoriale de Corse (CTC), qui a prolongé l'actuelle délégation de service public jusqu'à fin avril. Le nouveau délégataire de la desserte devrait être connu courant avril.

S. H.

Les syndicats des deux compagnies avaient plaidé pour ce remariage. « Refuser ce partenariat, c'est faire de la Corsica Ferries la grande gagnante, avec un plan social aggravé pour la SNCM », avait martelé Jean-Paul Israël (CGT).