Une domination taille XXL

Camille Belsoeur

— 

Florent Manaudou, le 2 août 2013 à Barcelone.
Florent Manaudou, le 2 août 2013 à Barcelone. — M.Sohn/AP

Avec 11 titres lors des championnats de France de natation en grand bassin à Chartres (8-13 avril), le Cercle des nageurs marseillais (CNM) a réalisé la meilleure performance de son histoire sur la scène nationale. Décryptage de ce succès avec l'entraîneur en chef du CNM, Romain Barnier.

Hégémonie sur le sprint. «On n'avait jamais réussi à accomplir ça dans le passé», résume Romain Barnier à propos de la performance globale des nageurs du CNM. «On a remporté toutes les compétitions sur 50 m et 100 m chez les hommes. Ce qui confirme notre domination sur le sprint qui est notre discipline forte», ajoute l'entraîneur marseillais. Camille Lacourt a notamment brillé avec son doublé sur 50 et 100 m dos. Mais la vraie star, c'est Florent Manaudou…

Manaudou, roi du 100 m. Le frère de Laure a tout écrasé. Le champion olympique de Londres sur 50 m nage libre a remporté quatre médailles d'or à Chartres (50 m nage libre, papillon, brasse et 100 m nage libre). «Sa victoire sur 100 m nage libre est un signal fort, c'est notre discipline phare», note Romain Barnier. Sur les bords de la Méditerranée, tout le monde a en effet encore en mémoire le sacre du nageur maison Alain Bernard en finale du 100 m aux JO de Pékin. «Le chrono de Florent n'est pas encore énorme en 48 sec 69, mais il a franchi une étape sur cette distance. C'était un moment très intéressant.»

Objectif Berlin. L'entraîneur du Cercle des nageurs marseillais a maintenant le regard fixé vers les Championnats d'Europe de Berlin (13-24 août), où 9 nageurs du CNM seront représentés. «Toute notre saison est axée sur Berlin. Il nous reste 19 semaines de préparation et les France n'étaient qu'une étape.»

■ «Une ambiance différente»

Plusieurs entraîneurs et nageurs ont dénoncé le manque d'enjeu des championnats de France, où les minima pour les championnats d'Europe n'étaient pas aussi difficiles que d'habitude. «Il y avait une ambiance différente. Ça a déteint un peu sur les meilleurs nageurs alors qu'il n'y avait pas cette peur qui les anime d'habitude», a reconnu l'entraîneur du CNM et des Bleus Romain Barnier.