Le low-cost donne des ailes à l'aéroport

©2006 20 minutes

— 

2006, année du low-cost ; 2007, année du low-cost.... L'aéroport Marseille-Provence a renoué ces douze derniers mois avec des trafics dignes de l'ère antérieure au TGV Med, franchissant la barre des six millions de passagers (+ 4,4%), a annoncé hier sa direction. L'aérogare low-cost MP2a grandement contribué à ce succès : depuis son ouverture en septembre dernier, près de 140 000 passagers ont emprunté ses nouvelles lignes. C'est encore à ces vols à bas prix que l'aéroport doit son année record en matière d'ouverture de ligne : vingt-cinq ont été lancées en 2006, dont dix-sept par des compagnies low-cost – onze pour la seule Ryanair, qui a fait de MP2 sa base française. « Ce développement n'empêche pas pour autant celui des lignes traditionnelles, dont le trafic n'a pas baissé, assure Philippe Wilmart, directeur marketing de l'aéroport. Ce sont bien des créations de trafic. »

En 2007, l'aéroport a décidé de maintenir sa politique de développement vers l'Europe (+ 16,8 % en 2006), en particulier la Scandinavie, pour aboutir à trente-trois aéroports reliés dès ce printemps. Plusieurs ouvertures de lignes sont déjà confirmées, comme celles de la low-cost italienne Myair vers Venise et Milan. L'aéroport espère atteindre les 7 millions de passagers au total à la fin de l'année. Un record historique s'il était réalisé.

Stéphanie Harounyan

En 2007, les investissements resteront supérieurs à 40 millions d'euros avec la construction de mille places de parking et la modernisation de la piste numéro 1.