Marseille: Election houleuse pour Stéphane Ravier

MUNICIPALES L'élu frontiste a été intronisé maire du 7e secteur vendredi matin...

avec AFP

— 

stephane ravier maire front national 7e secteur marseille
stephane ravier maire front national 7e secteur marseille — BERTRAND LANGLOIS / AFP

Le frontiste Stéphane Ravier a été élu vendredi maire du 7e secteur de Marseille, dans une ambiance houleuse, entre broncas des militants de tous bords et invectives des élus. «Je suis le maire de tous les habitants, des noyaux villageois comme des cités. Je serai à l'écoute de tous et toutes, inscrivant mon action dans les lois de la République», a promis le nouvel élu du secteur le plus peuplé de la ville (150 000 habitants). Il a peiné à couvrir de la voix les broncas des militants de gauche venus nombreux dans la salle de la mairie des 13e et 14e arrondissement.

Aux slogans antiracistes de ces derniers - comme «Ibrahim Ali, on a pas oublié», du nom du jeune franco-comorien tué en 1995 par des colleurs d'affiches du FN -, les militants frontistes ont répondu par des «on a gagné» ou en chantant la Marseillaise. Après quelques échauffourées, la police a dû séparer les deux camps. Ceint de son écharpe tricolore, Stéphane Ravier a lancé un appel «à tous les habitants» leur demandant «de tourner le dos aux préjugés»: «Venez travailler avec moi, venez travailler avec nous pour l'avenir de Marseille», a-t-il lancé.

L'élu FN a affirmé qu'il avait entendu «l'appel à l'aide» des électeurs, affirmant: «Nous n'avons pas le droit d'échouer.»

«M. le maire vous êtes au pied du mur», a clamé Richard Miron, qui avait conduit la liste soutenue par l'UMP, avant de se lancer dans une violente diatribe contre les «élus gauchistes», visant les colistiers de l'ancien maire socialiste Garo Hovsepian. Pour l'élu UMP, le maintien de la liste conduite par ce dernier au second tour, alors qu'elle était arrivée en troisième position (21,65%) derrière la liste de M. Ravier (32,88%) et sa liste (27,83%), est la cause de l'accession du FN à la tête de la mairie. «Vous êtes des clientélistes et bien il faut l'assumer», a lancé Richard Miron.

«Honte à vous. Vous êtes des fachos», a rétorqué Garo Hovsepian déclenchant à nouveau hués et acclamations dans le public. «Ces élections municipales traduisent une grande défiance envers la politique avec un nombre d'abstentionnistes qui a été historique, avec un vote sanction d'hommes et de femmes en grande souffrance», avait déclaré l'ancien maire de secteur alors qu'il ouvrait la séance.

Les 48 conseillers d'arrondissement, dont 16 siègent également en mairie centrale comme conseillers municipaux, ont ensuite désigné les 18 adjoints qui vont assister Stéphane Ravier.