L'OM étouffe la contestation

Camille Belsoeur

— 

Les joueurs de l'OM, devant le public du virage nord du stade Vélodrome, le 10 septembre 2011 contre Rennes en L1.
Les joueurs de l'OM, devant le public du virage nord du stade Vélodrome, le 10 septembre 2011 contre Rennes en L1. — G.Julien/AFP

La pression monte une nouvelle fois en flèche cette saison à Marseille après une nouvelle spirale négative de l'OM (un point en quatre matchs). Samedi face à Rennes (0-1), des chants «Mouillez le maillot» et «Anigo démission» sont descendus des virages du Vélodrome en seconde mi-temps. Un tag «MLD vends le club» est également apparu sur un mur de la Commanderie, visant directement Margarita Louis-Dreyfus, la propriétaire du club. Mais l'état-major olympien tente d'étouffer, en partie, cette contestation. Samedi, quelques minutes avant le match face à Rennes, trois jeunes supporters ont été interpellés par le service de sécurité de l'OM au motif que leur page Facebook «OM : la révolution commence», qui rassemblait plus de 6 500 «j'aime» lundi après-midi, appelait à la violence à travers des propos insultants.

«On lâchera rien»


Convoqués à l'hôtel de police de Marseille après la plainte déposée par l'OM pour «propos insultants», les trois jeunes n'ont vu aucune charge retenue contre eux, a confié un responsable de la police municipale à 20 Minutes. «On lâchera rien ! Il faut le reconnaître, aujourd'hui qu'on n'a pas pu mettre en place ce qu'on voulait, empêchés par le club qui prend très au sérieux le potentiel de notre mobilisation ! Ce fut une petite défaite pour nous, il est vrai, mais on ne perd pas espoir, parce qu'on aime l'OM», peut-on lire sur leur page Facebook. Plusieurs ultras se sont également plaints d'avoir été menacés d'exclusion du stade par le club en cas de déploiement de banderoles anti-Anigo. La gronde est générale parmi les fans de l'OM. Une énorme bronca a accompagné la sortie des joueurs marseillais à l'issue de la défaite face à Rennes samedi, et les choses ne devraient pas aller en s'améliorant au Vélodrome.

■ Anigo jusqu'en juin

Contrairement à ce qu'annonçait le quotidien L'Equipe dans son édition de lundi, l'entraîneur marseillais José Anigo terminera bien la saison à la tête de l'OM. Il l'a confirmé à l'antenne de la station RMC lundi après-midi.