Les rythmes scolaires contestés

— 

«Nos enfants ne sont pas des cobayes», «ne touchez pas à nos mercredis». Les pancartes donnent le ton. Environ 300 parents d'élèves, baptisés les gilets jaunes, ont manifesté dimanche sur le Vieux-Port pour protester contre la réforme des rythmes scolaires. Une quinzaine d'élus, majoritairement issus de l'opposition, ont participé au rassemblement. «Cette réforme ne correspond pas aux valeurs de l'Education nationale, qui délègue des tâches aux collectivités», a dénoncé Michel Amiel, le maire des Pennes-Mirabeau, socialiste ayant rendu sa carte du parti.

Les élus étaient incités à signer une pétition contre le décret organisant les rythmes scolaires. Et à prendre une délibération en conseil municipal refusant l'application de cette réforme.