Gardanne se paye une image plus verte

Mickaël Penverne

— 

Le parc solaire des Sauvaires est le deuxième du département en surface derrière celui de Saint-Martin-de-Crau.
Le parc solaire des Sauvaires est le deuxième du département en surface derrière celui de Saint-Martin-de-Crau. — P. Magnien / 20 Minutes

Gardanne veut tourner la page du charbon, et se mettre au vert. L'ancienne cité minière vient d'inaugurer un parc photovoltaïque de 38 000 panneaux solaires. Construit sur le terril des Sauvaires, l'installation couvre 17 hectares sur les hauteurs de la ville. Elle doit permettre de produire l'équivalent des besoins en électricité d'environ 10 000 habitants, soit près de la moitié des habitants de la commune. C'est une société de Montpellier, Urbasolar, qui gère l'installation contre un loyer annuel de 200 000 € pendant trente ans. «C'est une très bonne opération», confirme Roger Meï, maire communiste de Gardanne et candidat à un septième mandat. En plus d'apporter cette manne financière, l'équipement a vocation à offrir un nouveau visage à la ville.

«Gardanne était une ville ouvrière, bâtie sur un bassin minier, rappelle Anthony Pontet, conseiller municipal en charge des énergies nouvelles. En contribuant à lutter contre le réchauffement climatique, on donne une autre couleur à l'avenir de la commune.» En plus du parc solaire, la ville a ouvert une centrale biogaz qui génère l'équivalent de la consommation électrique de 2 600 foyers. Elle est en train d'étudier la possibilité de couvrir tous les toits publics de panneaux solaires – une expérimentation est menée à l'école Beausoleil où une mini-centrale sera inaugurée début mars. Et elle projette de récupérer les eaux chaudes souterraines des anciennes mines pour chauffer une partie des habitants. «En fait, notre première ambition est de produire autant d'énergie que nous en consommons», conclut Roger Meï.