1943 : Pas de quartier

François Maliet

— 

Qutre témoignages sur quatre écrans. «Tabula rasa», l'installation vidéo de la plasticienne Cristina Luca et de l'écrivain Dominique Cier, visible jusqu'au 17 février au MuCEM, revient sur l'évacuation et la destruction du bas du Panier (2e), rive Nord du Vieux Port, à travers les témoignages d'habitants ayant vécu - ou pas - cet événement. «En janvier 1943, 25 000 personnes ont été expulsées, avance Dominique Cier, qui travaille sur le sujet depuis de nombreuses années. Certaines, mais bien peu, sont revenues vivre sur place. À noter que 2 500 ont été envoyées dans des camps en Allemagne.»

Le rôle de Vichy


Si la destruction a été le fait de l'armée allemande, Dominique Cier tient à préciser que l'expulsion des habitants et la déportation de certains d'entre eux ont été menées par «l'administration et la police françaises. Elles ont fait le sale boulot, l'armée d'occupation n'intervenant que pour le dynamitage des bâtiments.» Cette opération franco-allemande de «réhabilitation urbaine» radicale visait à expurger la ville d'un quartier populaire, véritable dédale offrant sa protection à la plèbe.

■ Documentaire

Le Fruit mordoré, projeté le 7 février à 18 h 30 à la Bibliothèque départementale, retrace l'histoire d'une coopérative, refuge de nombreuses personnes de 1940 à 1942 à Marseille.