Les salariés de Fralib exigent des garanties sur l'avenir

©2006 20 minutes

— 

Les salariés de l'usine Fralib (groupe Unilever) à Gémenos ont fait grève hier, pour protester contre un projet de suppression de 57 emplois sur 246. Le jour même, la direction avait convoqué le CE pour débattre du plan social. « Tant qu'elle ne fournira pas certaines précisions, il n'y aura pas de réunion », rétorque Olivier Leberquier (CGT), indiquant qu'une requête en référé serait déposée. Selon lui, près de 90 % des salariés ont suivi cette journée de grève, la quatrième en un mois. Deux cents employés se sont rassemblés devant l'usine pour « demander l'engagement d'aucun licenciement sec et une visibilité sur l'avenir du site dans cinq ans ». « Je n'ai pas de visibilité à plus de deux ans », a répondu le directeur, Jean-Luc Laurent, qui n'a rien pu promettre sur les licenciements. « Mais la direction s'engage à accepter tout départ volontaire, même sur des postes non supprimés, permettant à des salariés menacés de changer de poste. » Les syndicats, qui envisagent des actions après les fêtes, ont réclamé une table ronde au préfet.

S. H.