La réponse aux supporters

Camille Belsoeur

— 

Florian Thauvin a marqué en seconde période le but de la victoire.
Florian Thauvin a marqué en seconde période le but de la victoire. — A.-C. Poujoulat / AFP

«Premier round : après des paroles, des actes.» Placardée dans le virage sud du Vélodrome par les ultras de l'OM, cette banderole ne laissait pas de place au doute au coup d'envoi de Marseille-Valenciennes (2-1), match en retard de la 21e journée, mercredi. Après sa déroute à Monaco (2-0) dimanche et la réunion de crise avec les représentants des clubs de supporters mardi, l'OM devait gagner pour continuer à croire au podium et éviter une crise profonde. L'équipe de José Anigo a réussi à prendre le dessus sur ce virus du doute face à un Valenciennes toujours englué dans la zone rouge.

Le podium en vue


Dans un Stade-Vélodrome une nouvelle fois quasiment vide, c'est André-Pierre Gignac, l'homme fort du club phocéen actuellement (10 buts en 8 matchs), qui a emmené les siens dans son sillage en exploitant une erreur du défenseur nordiste Enza-Yamissi (1-0, 30e). Puis, quand l'OM rattrapé par la peur et l'égalisation gag de Masuaku sur un centre-tir (1-1, 36e) peinait en deuxième mi-temps, c'est Florian Thauvin qui s'est chargé de faire basculer la partie après un raid supersonique (2-1, 62e).

«C'est la victoire qu'on attendait depuis trois matchs, affirmait Gignac à la sortie des vestiaires. Tout a été mis à plat avec les supporters mardi et ils étaient derrière nous ce soir. Et l'équipe a vraiment été irréprochable dans l'état d'esprit sur le terrain.» Véritable leader du groupe actuellement, l'attaquant a vu son nom scandé par le virage nord en fin de match.

«Je fais en sorte de mettre Gignac dans les meilleurs conditions», expliquait un Anigo satisfait en conférence d'après-match. Un entraîneur qui lui aussi un glissé son petit mot aux supporters. «Je les remercie pour la réunion constructive de mardi.» Revenu à portée du podium, l'OM semble de nouveau y croire. «On avait 11 points de retard sur Lille il y a un mois, il n'y en a plus que 6», souriait Gignac.

■ Une deuxième recrue pour l'OM?

Dans les couloirs du Stade-Vélodrome à l'issue du match, l'entraîneur olympien José Anigo a annoncé «un possible» renfort. Il n'a pas précisé à quel poste, mais «on vise un joueur d'expérience», a t-il lâché. Des propos que n'a pas démentis le président Vincent Labrune très prolixe à la sortie des vestiaires. Dans tous les cas, il faudrait un départ pour que cette éventuelle arrivée se concrétise.