Marseille: Visite du quartier le plus pauvre de France

SOCIAL Dans le 3e arrondissement, 55% des ménages vivent avec moins de 977 euros par mois...

Mickaël Penverne

— 

La cité Félix-Pyat est l'une des plus pauvres de Marseille.
La cité Félix-Pyat est l'une des plus pauvres de Marseille. — P. Magnien / 20 Minutes

À Marseille, la pauvreté se concentre (aussi) dans le centre-ville. Selon une étude récente du Centre d'observation et de mesure des politiques sociales (Compas), le taux de pauvreté (pourcentage des ménages percevant moins de 60% du revenu médian, soit 977 euros par mois) se situe à 43 et 44 % dans les 1er et 2e arrondissements. Soit autant que dans les 14e et 15e arrondissements (42 et 43%). Mais c'est dans le 3e que le taux de pauvreté bat tous les records : 55%. Ce qui en fait le quartier le plus pauvre de France.

La gale et l'asthme

Didier Boëno y a ouvert son cabinet médical il y a une vingtaine d'années. «J'ai vu le quartier s'appauvrir très nettement, raconte-t-il. Avant, c'était un quartier populaire, habité par des ouvriers qui travaillaient au port. Ces gens sont partis peu à peu et ont été remplacés par des familles de migrants, comoriens puis maghrébins, qui disposent de très faibles revenus.» Ces nouveaux arrivants sont souvent hébergés chez leurs proches ou leurs familles, qui vivent eux-mêmes dans une situation précaire. Selon Didier Boëno, le 3e est ainsi devenu le «paradis» des marchands de sommeil qui louent des «taudis», rue Lantier et rue de Versailles par exemple, où se développent la gale et l'asthme. À l'antenne locale de Médecins du Monde, Cendrine Labaume voit aussi arriver des enfants atteints de saturnisme et d'affections de la peau. «On a l'impression que peu de choses sont faites pour améliorer la situation», soupire-t-elle. Seule lueur d'espoir: la renaissance du voisin du 2e, grâce à Euromed. «La mixité va-t-elle fonctionner?, demande cependant Didier Coëno. Pour l'instant, c'est un point d'interrogation».