«Je retombe en enfance»

Propos recueillis par Camille Belsoeur

— 

Le FC Istres est le 10e club dans la carrière de Jérôme Leroy, 39 ans.
Le FC Istres est le 10e club dans la carrière de Jérôme Leroy, 39 ans. — A. Meunier / Sipa

A 39 ans, et après avoir baroudé à l'OM, au PSG, à Rennes ou plus exotique au Bétar Jérusalem, Jérôme Leroy fait le bonheur du FC Istres. Sur les rives de l'Étang de Berre, celui qui a joué avec Leonardo ou Raï au PSG a même signé un beau coup d'éclat en marquant un doublé face à Brest (3-1) en championnat le weekend dernier. Il nous raconte son aventure provençale.

Jérôme, vous avez inscrit un doublé lors de la victoire d'Istres face à Brest (3-1) et vous êtes sorti de la zone rouge. Le week-end parfait ?

C'est juste une bouffée d'oxygène. C'est tellement serré en bas de classement. Le plus dur c'est de faire une série pour s'en sortir, mais il reste en encore 18 matchs. C'est long… Mon doublé c'est anecdotique, je ne suis pas un buteur (rire).

C'est comment d'atterrir à Istres après être passé par l'OM, le PSG, Rennes ou même l'Israël ?

Je retombe un peu dans mon enfance. Istres, c'est plus un club amateur qu'un club professionnel. Les soirs de matchs il y a 300 spectateurs (sic) dans un stade de 17 000 places. Il n'y a pas de recettes pour le club, c'est dur. Dans l'effectif beaucoup de joueurs viennent des clubs de DH des alentours, comme Vitrolles.

Avec votre passé, vous avez un statut de «guide» dans le vestiaire ?

Non. Comme d'habitude j'arrive tôt le matin dans le vestiaire. Je ne parle pas trop. Vous savez, il y a beaucoup de jeunes qui ne me connaissent pas vraiment ma carrière dans le vestiaire. Ils ont 20 ans, je commençais ma carrière qu'ils n'étaient pas nés. Cela permet de se remettre en question.

Comment faite-vous pour rester performant à 39 ans ?

Je garde ma philosophie. Je ne m'accorde aucun passe-droit. J'ai joué 19 matchs sur 20 cette saison.

Pensez-vous prolonger avec Istres en fin de saison ?

Bien sûr, que j'aimerai poursuivre.

■ Dix-huit ans après Laval, il retrouve la L 2

Dans sa longue carrière où il a beaucoup baroudé et surtout en France – il n'a joué qu'une fois à l'étranger en 2006 au Bétar Jérusalem en Israël –, Jérôme Leroy n'avait connu la Ligue 2 qu'à une seule reprise, lors de la saison 95-96 avec Laval. C'est le PSG, son club formateur, qui l'avait prêté au club mayennais pour l'aguerrir. «A l'époque on faisait le tour de France en bus pour jouer nos matchs. C'est un peu pareil à Istres», s'amuse Jérôme Leroy.