Gaudin ne veut pas s'arrêter

Mickaël Penverne

— 

Jean-Claude Gaudin est maire de Marseille depuis 18 ans.
Jean-Claude Gaudin est maire de Marseille depuis 18 ans. — P. Magnien / 20 Minutes

Invariablement, il fait campagne sur le même diptyque : bilan et perspectives. Mardi, lors des vœux à la presse, Jean-Claude Gaudin, candidat à un 4e mandat, n'a pas dérogé au discours qu'il s'est fixé.

Sondages défavorables


Il a commencé par rappeler la «réussite» de Marseille-Provence 2013 qui a «montré au monde entier le vrai visage de la 2e ville de France.» Avant de poursuivre avec quelques chiffres accrocheurs : un million de croisiéristes et 1, 2 million de visiteurs au Pavillon M. Et de conclure sur deux ou trois projets contenus dans son programme : un casino, un téléphérique et une «promenade des passerelles». Bref, Gaudin a fait du Gaudin - il parle volontiers de lui à la 3e personne.

«Bien sûr, je me suis interrogé si je devais y retourner ou pas, explique-t-il. Mais c'est difficile de m'arrêter. Et puis, je me sens en forme». Il aura pourtant 75 ans en octobre. «Peu importe l'âge quand on en a envie, balaie-t-il. Et si j'avais été malade, je me serais retiré.» Il en profite pour affirmer qu'il «souhaite rajeunir et renouveler» la classe politique. Après l'ancienne présidente des CIQ (comité d'intérêts de quartier), Monique Cordier, d'autres «personnalités» de la société civile le rejoindront, promet-il.

Crédité de 40 % d'intentions de vote, au second tour, dans les derniers sondages, Jean-Claude Gaudin est, pour l'instant, à un point de son adversaire, Patrick Mennucci. «J'apprécie beaucoup l'homme, souffle Robert Assante, candidat divers droite à la mairie du 6e secteur. Il a fait beaucoup pour cette ville mais aujourd'hui, je ne sens rien venir. Tout peut arriver dans cette élection. Rien ne permet de penser que c'est plié. Or, cela doit poser question au maire sortant.»