Pourquoi l'Arjel a sonné l'alarme sur ce match

— 

La quasi-totalité des paris engagés sur ce match l'ont été sur l'AS Cayolle.
La quasi-totalité des paris engagés sur ce match l'ont été sur l'AS Cayolle. — Le Lann / Sipa

Les paris en ligne autour du 32e de finale de Coupe de France entre le club marseillais de l'AS Cayolle et L'Ile-Rousse ont été suspendus dès le samedi 4 janvier, soit la veille du match entre les deux équipes. L'Autorité de régulation des jeux en ligne (Arjel) avait en effet détecté des montants anormalement élevés pour une rencontre entre clubs amateurs, près de 100 000 €, avec des mises trois fois plus élevées que la normale pour un match de ce niveau. Un joueur en ligne avait même parié 5 000 €. Autre anomalie, la quasi-totalité des paris se sont portés sur La Cayolle, ce qui, selon l'Arjel, est tout à fait «inhabituel», quel que soit le niveau des équipes. Enfin, l'Arjel a découvert que la répartition géographique de l'ensemble des paris sur le foot, pour une journée habituelle, s'était montée pour la seule région Paca à 40 %, au lieu de 9 %.

Pas d'éléments probants


Comme elle le fait en temps normal en cas de paris «atypiques», l'Arjel a alerté le service central des courses et des jeux (SCCJ) de la direction centrale de police judiciaire (DCPJ), qui a lancé des investigations dès lundi soir. Mais la police judiciaire de Marseille a révélé jeudi n'avoir jusqu'à présent rien trouvé d'anormal. «On n'a pas d'éléments suffisants pour ouvrir une enquête», a confirmé le parquet d'Aix-en-Provence jeudi en soirée. L'affaire n'est cependant pas close. C.B.