Des paris «inhabituels»

Propos recueillis par Bertrand Volpilhac

— 

Il tombe des nues. Contacté au téléphone quelques minutes après l'annonce de l'Autorité de régulation des jeux en ligne (Arjel) d'une enquête pour des paris inhabituels sur le 32e de finale entre son club et L'Ile-Rousse, le président de la Cayolle, Nordine Meddebeur, équipe de DHR d'un quartier populaire de Marseille, avoue ne pas comprendre d'où peuvent venir toutes ces sommes jouées.

Comment expliquez-vous cette enquête sur des paris inhabituels autour de votre 32

e

de finale de Coupe de France ?

Je ne comprends pas. Pour nous c'était un match comme les autres, avec le prestige de la Coupe de France. On avait envie de gagner et on a mis tous les moyens de notre côté. Vous savez, avec tous les matchs que l'on a fait à Marseille, de superbes matchs, toute la ville nous voyait gagnants, favoris. Alors peut-être que tout le monde a voulu mettre sa pièce sur nous.

Vos joueurs ont-ils pu miser ?

Mes joueurs ont tous 18 ans, ils n'ont pas un franc. Ils ne sont pas payés ! Ils ne risquent pas de mettre de l'argent en jeu. Allez, peut-être qu'ils ont mis une petite pièce, 20 €, mais pour miser les prix qu'il y a eus je pense qu'il faut des gros sous. Après, il y avait 5 000 ou 6 000 personnes pour voir la rencontre. Ce match était super attendu.

Votre théorie, c'est donc que la ferveur autour de votre club a incité les gens à parier dessus ?

Je ne regarde pas les paris, car ça ne m'intéresse pas, mais tout le monde nous voyait gagnants avec une belle cote de je ne sais pas combien. J'en entendais parler, les gens disaient «on va faire ci on va faire ça». Mais c'est n'importe quoi. Je suis déjà déçu d'avoir perdu, alors cette enquête… Mais bon, c'est normal d'enquêter.

■ «Aucun truquage»

Selon le secrétaire général de l'Ile-Rousse, Christophe Castel, le contexte du match était tendu, mais il n'a vu aucun signe de trucage de l'AS Cayolle. «La seule chose qui est sûre, c'est qu'on a été reçus comme des voyous», dit-il..