Les syndicats contre les sanctions trop lourdes

— 

En octobre 2012, après plusieurs mois d'enquête de la police des polices, une quinzaine de policiers de la BAC Nord sont interpellés, placés en garde à vue puis mis en examen. Sept d'entre eux passeront par la case prison. Ils sont soupçonnés d'avoir volé et extorqué de l'argent et de la drogue à des trafiquants. Le procureur de la République, Jacques Dallest, parle alors de «gangrène». Dans la foulée, Manuel Valls dissout la BAC Nord. Un an après, l'instruction judiciaire est toujours en cours mais les premières sanctions disciplinaires sont déjà tombées : du simple blâme à trois mois de suspension, selon les cas. En novembre, six autres fonctionnaires sont convoqués devant la commission. Mais cette fois, la menace est plus lourde. Selon les syndicats de policiers, ils risquent l'exclusion définitive. «On connaît déjà les conclusions du conseil de discipline, avance David-Olivier Reverdy du syndicat Alliance. Cinq fonctionnaires sur six vont être révoqués». Egalement mobilisée, l'Unité SGP Police-FO a «saisi» le ministre de l'Intérieur, Manuel Valls. «On attend sa réponse», conclut Diego Martinez. M. P.