L'accès aux Baumettes bloqué

— 

Devant les Baumettes, mercredi.
Devant les Baumettes, mercredi. — B. Horvat / AFP

Ils ont bloqué pendant plus de deux heures l'accès à la prison des Baumettes (9e). Dès 6 h mercredi matin, des surveillants, des agents techniques et administratifs se sont regroupés en rangs serrés devant la prison où brûlaient plusieurs palettes en bois. Vers 9 h, les 150 manifestants ont été dispersés par les forces de l'ordre qui ont fait usage de gaz lacrymogène pour les disperser.

Le mouvement a été initié au niveau national par FO-pénitentiaire, le syndicat pour les surveillants (SPS) et la CFTC. Les syndicats réclament l'abrogation d'une loi supprimant les fouilles corporelles systématiques des détenus. L'article 57 de la loi pénitentiaire de 2009, qui interdit les fouilles systématiques en milieu carcéral, avait été adopté après une condamnation de la France par la Cour européenne des droits de l'Homme. Cette dernière les a assimilées à des «traitements inhumains et dégradants». «Mais la sécurité des personnels et des autres prisonniers est mise en péril», estime Fabrice Cros, le délégué régional de FO. En fin de matinée mercredi, les représentants des syndicats devaient être reçus par la direction régionale des établissements pénitentiaires pour discuter des revendications. A. R.