Délibéré mardi dans le procès des PIP

— 

Le tribunal correctionnel de Marseille devrait rendre mardi son jugement dans l'affaire des prothèses mammaires Poly Implant Prothèses (PIP). En mai, le parquet a requis de six mois à quatre ans de prison ferme, 100 000 euros d'amende et une interdiction définitive d'exercer dans le secteur médical ou de gérer une entreprise contre les cinq dirigeants de la société varoise, dont Jean-Claude Mas. Ils sont poursuivis pour tromperie aggravée au préjudice des patientes et escroquerie aux dépens du certificateur TÜV. Au procès, tous ont reconnu la fraude sur le gel de silicone des implants pour un gain d'un million d'euros par an. Jean-Claude Mas a présenté ses excuses mais a persisté à nier la nocivité du gel. Le procès n'a pas permis de trancher la question de la dangerosité. Le dernier bilan de l'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé fait état de plus de 7 500 ruptures de prothèses et 3 000 effets indésirables, sur 30 000 porteuses en France.