Suspense pour les gauches d'Istres

©2006 20 minutes

— 

 
  — no credit

Ambiance frères ennemis à Istres, à la veille du deuxième tour des élections municipales. La semaine dernière, la liste dissidente menée par l'ex-PS Nicole Joulia, partisane d'un retour en 2008 de l'ancien maire François Bernardini (inéligible pour l'instant), a devancé celle de Michel Caillat, le maire (PS) sortant (40,23 % contre 36,01 %). En attendant la triangulaire de dimanche – l'UMP Alain Aragneau (12,99 %) est aussi en lice –, les anciens colistiers jouent la sérénité, chiffres à l'appui. Chacun le sien : « Les résultats du premier tour prouvent le manque de confiance des Istréens envers Michel Caillat, puisque 64 % d'entre eux le désavouent », analyse Nicole Joulia, qui réunit sur sa liste 21 conseillers municipaux sur 30 élus de la majorité.

Tous avaient demandé à Michel Caillat, devenu maire après la condamnation de François Bernardini en 2001, de se positionner pour une candidature de ce dernier aux municipales de 2008. Le maire, mis en minorité, avait préféré démissionner, obtenant le soutien du PS, qui a d'ailleurs exclu fin novembre Nicole Joulia et cinq autres partisans de Bernardini. « Certains ont intérêt à ce que François Bernardini ne revienne pas », se défend la candidate, pour qui « c'est une question de loyauté et de charisme. Pour Michel Caillat, le costume de maire est trop grand... ».

« On a pourtant travaillé quatre ans dans la confiance absolue », rétorque le maire sortant, tout aussi confiant pour dimanche. « Avec une liste refondue à 80 % trois semaines avant le premier tour, les résultats sont plutôt encourageants. » Confiant, voire bon prince, misant même sur l'esprit de Noël pour favoriser une réconciliation. « J'espère qu'en janvier, le bon sens l'emportera. » Tout en indiquant : « Je préfère être battu plutôt que d'être l'homme qui irait prendre ses ordres dans l'arrière-salle d'un bar... »

Stéphanie Harounyan

Eliminée au premier tour avec 4,41 % des suffrages exprimés, l'UDF a annoncé hier dans un communiqué qu'elle ne donnait pas de consigne de vote à ses militants pour le second tour.