«Ce qui se fait de mieux»

Propos recueillis par Camille Belsoeur

— 

Jean-Charles Orioli a joué 22 matchs en Top 14 la saison dernière.
Jean-Charles Orioli a joué 22 matchs en Top 14 la saison dernière. — Pisano / Sipa

A quelques jours d'un choc sur la pelouse du Stade Français en Top 14, les Toulonnais se préparent à huis clos – fait rare – mardi matin sur leur terrain d'entraînement à Berg. Dans le groupe, Jean-Charles Orioli, 24 ans, formé à Toulon et au club depuis ses débuts. Dans un effectif très international, il symbolise la veine de la formation à la toulonnaise, mise à mal par le recrutement pléthorique du club, comme en témoigne le cas récent de Virgile Bruni.

Est-il possible de s'imposer aujourd'hui au RCT, quand on est un jeune formé au club ? Le club a recruté un nouveau talonneur cet été (Noirot), en plus de Bruno (actuellement blessé) et vous…

Quand tu es à Toulon, tu sais que tu fais face à ce qui se fait de mieux, que ce soit au niveau français ou mondial. Cette année, ils ont signé Noirot au poste cet été et Guirado (Perpignan) pour l'année prochaine. C'est clair que jouer à Toulon c'est compliqué, mais ça l'est pour tout le monde, qu'on soit toulonnais, français ou étranger. Il y a des internationaux sur le banc, donc la concurrence, on sait qu'elle existe.

Vous comprenez le choix de Virgile Bruni, lui aussi formé au club, de partir à Perpignan ?

On verra s'il a eu tort ou raison à l'avenir. Il aura plus de temps de jeu qu'à Toulon. Mais au niveau de l'exposition médiatique, elle sera peut-être moindre pour lui l'année prochaine.

Face à la concurrence, y a-t-il un clan de «Toulonnais» dans le vestiaire ?

Non, pas du tout. C'est sûr qu'on est très amis, car cela fait longtemps qu'on se connaît. Après, c'est légitime que chacun se demande s'il faut partir ou rester pour éclore.

On présente parfois Toulon comme une équipe de mercenaires. Ton sentiment ?

Quand tu vois des gars comme Botha ou Wilkinson, ils sont plus «Toulonnais» que des jeunes du club.

■ Un «pur produit» du centre de formation

Jean-Charles Orioli a fait toutes ses classes chez les équipes de jeunes du centre de formation de Toulon, et glané notamment un titre de champion d'Europe avec les moins de 18 ans. Ce natif de Chatillon-sur-Seine (Côte-d'Or) a ensuite intégré l'effectif pro en 2009. Dès sa première saison il se fait une place dans l'effectif en disputant 8 matchs. Mais Jean-Charles Orioli réalise son meilleur exercice l'an passé avec 22 matchs et 4 essais en Top 14.