Le dispositif d'alerte anti-black-out a été étendu

Amandine Rancoule

— 

Dans la salle du réseau de transports d'électricité (RTE) à Marseille, la consommation d'électricité est surveillée.
Dans la salle du réseau de transports d'électricité (RTE) à Marseille, la consommation d'électricité est surveillée. — P.Magnien / 20 Minutes

De loin, on pense à un plan routier de 50 m2 sur lequel seraient mentionnés les axes régionaux embouteillés. En réalité, c'est une carte murale lumineuse des lignes électriques de la région. Dans cette salle du réseau de transport d'électricité (RTE), les ingénieurs surveillent de près la consommation d'énergie en temps réel. Car, en Paca, la production électrique couvre moins de la moitié des besoins à l'année. Et en hiver, la consommation peut s'envoler au-delà des limites des capacités du réseau «Si on estime que la sécurité électrique est difficile à tenir, on envoie par SMS des alertes EcoWatt», explique Florence Prévot, la directrice de RTE Sud Est. Ce dispositif d'alerte, généralisé à toute la région cette année - auparavant, seuls le Var et les Alpes-Maritimes étaient concernés – est simple. Les habitants s'inscrivent volontairement sur www.ecowatt-paca.fr et reçoivent un message les incitant à réduire leur consommation entre 18 h et 20 h. Il est envoyé lorsque les températures sont de 6 degrés en dessous des normales. «Une baisse de 1 °C entraîne une hausse de consommation de 220 mégawatts, soit la consommation d'Aix, souligne Catherine Greiveldinger, la directrice RTE Méditerranée. Cet hiver, la situation va être tendue car deux unités de production, à Fos et à la Durance sont en maintenance.» La production va ainsi passer de 20 à 14 %. Mais le problème devrait être résolu... en 2015, avec la réalisation de trois liaisons souterraines de 225 000 volts pour seconder l'unique axe à 400 000 volts. En 2018, le salut viendra de la liaison maritime avec le Languedoc-Roussillon. Patience donc.