Un deuxième club pro à Marseille, c'est possible ?

Camille Belsoeur

— 

" Donnez-moi un Tapie et on monte direct en Ligue 2 ", lance Jean-Luc Mingallon, président du GS Consolat.
" Donnez-moi un Tapie et on monte direct en Ligue 2 ", lance Jean-Luc Mingallon, président du GS Consolat. — P.Magnien / 20 Minutes

C'est une anomalie. En France, aucune grande métropole n'a deux clubs de football de haut niveau, à l'exception de Bastia (CA Bastia en L2, Sporting en L1). Mais à Marseille cela pourrait vite changer. Le club amateur du Consolat, implanté dans les quartiers nord, poursuit depuis trente ans sa lente mais sûre ascension vers les sommets du foot français. Aujourd'hui coleader de son groupe en CFA (avec deux matchs en retard), le club de Jean-Luc Mingallon pourrait bien débouler en National dès la saison prochaine. «Quand je suis arrivé à la tête du club il y a trente ans, nous étions en 1ère division de district.Aujourd'hui, nous ne sommes plus qu'à trois échelons du plus haut niveau.» Mais difficile de se faire une place et de créer un engouement dans l'ombre de l'OM.

«José Anigo est un ami d'enfance, raconte Jean-Luc Mingallon, mais il n'y a pas de travail avec eux. Pourtant, on pourrait créer un partenariat avec l'OM et devenir un club pouponnière. Ils nous prêteraient des jeunes, qui viendraient s'aguerrir en National (sic) par exemple.»

Un brin mégalo, Jean-Luc Mingallon se voit déjà en Ligue 2 dans un avenir proche. «Quand je vois un club comme Istres qui évolue à ce niveau, je me dis qu'un quart de leur effectif n'aurait pas le niveau pour évoluer chez nous. Il y a un potentiel énorme ici au Consolat, donnez-moi un Tapie et on monte direct en Ligue 2.» Mais pour ce club sans infrastructures - le point noir question football à Marseille - difficile de se faire une place dans le monde professionnel sans des moyens plus conséquents.