Un vieux poison aux assises

©2006 20 minutes

— 

Le procès d'un octogénaire accusé de trois empoisonnements, dont un fatal, contre deux pensionnaires et une infirmière de sa maison de retraite en 2001 et 2002, s'est ouvert hier devant les assises de Digne. L'accusé, un ancien maçon de 83 ans, est soupçonné d'avoir administré des doses dangereuses d'un anxiolytique, cachées dans des sachets de sucre. Un des sachets incriminés avait été ouvert de manière discrète et refermé par un morceau de ruban adhésif, sur lequel les gendarmes ont retrouvé l'ADN de l'accusé. Décrit par son entourage comme « coléreux et violent, à très fort caractère », il avait eu des différends avec les pensionnaires empoisonnés et les avait menacés de mort. Le verdict est attendu mardi soir.