«Une-deux avec Skoblar et but !»

Camille Belsoeur

— 

Aujourd'hui, évoquer Bernard Bosquier, c'est s'exposer à une même réaction : «Ah ouai, le mec qui fait les stages de foot ? » Mais au-delà de cette image un peu ringarde, le grand défenseur français des sixties (42 sélections) et ex-Marseillais est aussi le premier buteur de l'histoire d'OM-PSG.

Quels souvenirs avez-vous du premier OM-PSG de l'histoire en 1971 (victoire de l'OM 4-2) ?

Je n'ai pas beaucoup de souvenirs du match en lui-même. On avait gagné 4-1 je crois (sic). Mais, par contre, j'ai encore en tête les images de mon but. Je fais un une-deux avec Josip Skoblar, je me retrouve face au gardien du PSG, je frappe et je marque ce but.

De quel œil les joueurs de l'OM voyaient débarquer cette équipe du PSG, toute nouvelle à l'époque ?

Vous savez, personne ne faisait trop attention à cette équipe de Paris. Il y avait déjà le Paris FC d'ailleurs. Et puis, à l'époque, c'était la guerre avec l'AS Saint-Etienne, qui avait gagné le titre lors des quatre années précédentes. Nous, on voulait battre les Verts.

Les Marseillais vous parlent-ils souvent de ce but contre le PSG ?

Non. Vous êtes le premier à vous y intéresser en fait (rire). Sérieusement, comme à l'époque il n'y avait pas encore cette rivalité, les gens n'y ont pas accordé plus d'importance que ça. Je n'en ai pas tiré de gloire.

Comment était l'atmosphère autour du match et sur le terrain ?

C'était évidemment beaucoup moins houleux qu'aujourd'hui. Les médias n'avaient pas encore inventé le clasico et il n'y avait pas de déclarations intempestives des présidents dans les jours avant le match. Pour l'OM c'était un match comme les autres.

■ Un match «entre amis» dans un stade vide

Le premier OM-PSG de l'histoire se tient le 12 décembre 1971 dans un Stade-Vélodrome loin d'être plein (18 000 spectateurs). Le Paris SG, tout juste promu en Division 1, n'est pas un concurrent pour l'OM de Skoblar, Magnusson, Couécou ou Bosquier, qui décrochera le titre en fin de saison en devançant Nîmes. Dans ce qui est encore loin d'être un clasico, la logique est respectée à l'issue d'une rencontre que l'OM remporte sur le score de 4-2.